Épidémie du COVID-19: virus SARS-CoV-2
- Ce que vous devez savoir

Le nouveau coronavirus, dit aussi 'virus SARS-CoV-2' ou maladie 'COVID-19', provoque des infections dangereuses. Un vaccin n'est pas encore en vue. Nous répondons aux questions les plus importantes sur la pandemie COVID-19 et le virus SARS-CoV-2. Pour clarifier mythes et malentendus.

Lorsque le virus SARS-CoV-2 est arrivé en Europe en mars 2020, il a probablement changé votre vie quotidienne pour toujours. Pour éviter que la maladie dite COVID-19, déclenchée par le virus SARS-CoV-2, ne se propage trop rapidement et ne plonge le système de santé dans le chaos, des restrictions de sortie et de contact ont été instaurées.

De nombreux magasins et institutions publiques ont fermé. Entre-temps, de nombreuses personnes souffrant d'une pneumonie mortelle due au virus sont traitées dans les hôpitaux.

Il n'existe actuellement aucun vaccin ou médicament efficace - les scientifiques du monde entier y travaillent. Ils cherchent également des moyens de tester le plus grand nombre de personnes possible.

Dans cet article, nous avons résumé les réponses à des questions importantes sur le sujet en un coup d'œil et les avons présentées de manière à ce qu'elles soient faciles à comprendre : de la propagation de l'infection et des symptômes, aux tests et mesures de protection, telles que les restrictions de contact, l'hygiène des mains et les masques faciaux.

Vous pouvez également trouver des informations actualisées et les recommandations officielles sur le site web du gouvernement, section COVID-19.

Conseil malin: dans notre dernier article, nous vous en disons plus sur les tests sérologiques des anticorps COVID-19. C'est par ici:

 

D'où vient le virus SARS-CoV-2 ?

Les premiers cas de la maladie COVID-19 ont été observés en décembre 2019 dans la province chinoise de Hubei, chez des personnes s'étant rendues au marché de Wuhan. On ne sait pas encore exactement comment les premières infections se sont produites. La théorie la plus courante à l'heure actuelle est que le virus viendrait d’un animal (zoonose). [1]

En janvier 2020, les chercheurs ont identifié le virus SARS-CoV-2 lors de tests en laboratoire. Peu après, le nombre de cas d'infection a rapidement augmenté en Chine et la maladie s'est transformée en pandémie - une épidémie mondiale. En Europe, les premiers cas sont apparus dans le nord de l'Italie et se sont probablement propagés de là vers la France.

Bon à savoir : Que signifient les abréviations ? SARS-CoV-2 est le nom scientifique du virus responsable de la pandémie. SRAS signifie "Syndrome respiratoire aigu sévère". La maladie qui provoque le virus est appelée COVID-19 (Coronavirus Disease 2019).

 

Comment risque-t-on d’être infecté par le virus SARS-Cov-2 ?

La façon habituelle dont les gens sont infectés par le COVID-19 est l'infection par gouttelettes. Le virus se propage par de minuscules gouttelettes de salive que nous dégageons lorsque nous toussons, éternuons ou parlons. Les gouttelettes contenant le virus sont relativement lourdes. Elles s'enfoncent dans le sol en peu de temps et parcourent environ un à deux mètres. Il est donc conseillé de respecter une distance de sécurité d'au moins 1,5 mètre par rapport aux autres personnes pour éviter toute infection.

Le temps joue également un rôle : plus les gens restent longtemps proches les uns des autres, plus le risque d'infection est élevé. Une règle empirique des États-Unis : ne pas rester près d'une autre personne pendant plus de six secondes. [4], [5]

Suis-je contagieux, même sans symptômes ?

En effet, de nombreux malades sont contagieux avant même de présenter des signes de la maladie. De nombreux experts affirment : "C'est l'une des raisons les plus importantes pour lesquelles le COVID-19 s'est répandu si rapidement dans le monde."

Selon une extrapolation des chercheurs chinois, 44 % des personnes sont infectées par des sujets qui ne présentent pas encore de symptômes. D'autres chercheurs ont découvert qu’il s’agirait même de 48 et 62 % dans certaines régions de Chine sont infectées. [2,3]

Puis-je être infecté par le virus SARS-CoV-2 au contact des surfaces ?

Il arrive également que des personnes soient infectées en touchant des surfaces telles que les poignées de porte et autres objets. Dans ce cas, le virus arrive d'abord sur les mains par les surfaces. Si nous touchons notre visage, ils peuvent pénétrer dans nos muqueuses et nos voies respiratoires. Cette voie d'infection est possible, mais rare par rapport à l'infection par gouttelettes. [4,5]

Puis-je être infecté par l'air expiré ?

Pour l'instant, des études sont encore en cours, concernant la propagation du virus par l'air que nous respirons.

Les particules d'aérosol que nous libérons lorsque nous respirons sont plus petites et plus légères que les gouttelettes émises lorsque nous toussons, éternuons et parlons. Les particules que nous expirons peuvent probablement rester dans l'air plus longtemps, mais sont rapidement emportées par le vent lorsque nous sommes à l'extérieur. [6,7]

Homme et femme assis sur un banc avec distance de sécurité et masque facial

Suis-je immunisé au virus SARS-CoV-2 après avoir été malade ?

Si vous ne tombez malade qu'une fois par vague de grippe, c'est à cause de l'immunité. Entre autres choses, notre système immunitaire accumule des anticorps très spécifiques qui combattent un agent pathogène. Si l'agent pathogène, comme un virus, veut revenir dans l'organisme, le système immunitaire le sait déjà et peut le repousser.

Il est encore trop tôt pour dire avec certitude si ce sera également le cas pour le virus du SARS-CoV-2. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les preuves scientifiques font toujours défaut. Cependant, de nombreux chercheurs sont optimistes. Selon Yves Gaudin, virologue et directeur de recherche au CNRS, l’on développerait une réponse anticorps nous protégeant pendant au moins quelques mois.[28]

Les premières études sur les singes et les humains suggèrent que ce n'est probablement que dans de rares cas que des personnes infectées une fois sont à nouveau contaminées.[20]

Y a-t-il eu des études qui mettent en doute l'immunité face au COVID-19 ?

Certaines études en Corée du Sud et en Chine ont fait l'objet de reportages dans les médias ces dernières semaines. Elles mettent en avant que chez des personnes déjà considérées comme saines, le virus corona était à nouveau détecté. Les auteurs des études supposent que le virus pourrait être capable de se "réactiver" à nouveau. Cependant, ils ne concluent pas que la personne affectée soit à nouveau contagieuse après la fin de la maladie. Certains experts soupçonnent que ces résultats sont dus aux mesures PCR. Les tests ne détectent les virus que dans certaines parties du corps et à certains moments. Ils donnent parfois un résultat négatif même s'il y a encore des virus dans le corps. [8,9]

Infographie: mesures de protection pour endiguer l'épidémie du coronavirus

 

Quels sont les symptômes lorsque l'on est atteint du Coronavirus ?

Les symptômes du COVID-19 varient beaucoup d'un cas à l'autre. Ils vont des "infections silencieuses" sans symptômes à de légers rhumes, jusqu’à des pneumonies graves pouvant être mortelles.

Symptômes du Coronavirus lors d’une évolution légère ou modérée

Il existe déjà des études menées en Chine, où le virus s'est d'abord manifesté. Selon ces dernières, environ 80 % des maladies étaient légères ou modérées. Des études menées dans d'autres pays suggèrent que cette proportion pourrait être beaucoup plus élevée. [10] Certaines personnes qui présentaient une évolution légère ou modérée du Coronavirus n'avaient parfois aucun symptôme, et plus souvent, d’autres personnes présentaient des symptômes comme une toux sèche, de la fièvre, un écoulement nasal et une légère pneumonie. Des rapports récents montrent également que la perte temporaire de l'odorat et du goût pourrait être un symptôme typique.

Le Ministère de la Santé énumère un certain nombre d'autres symptômes qui ont également été observés chez les personnes touchées [10] :

      • Mal de gorge, maux de tête et douleurs aux membres
      • Perte d'appétit et perte de poids
      • Nausées, douleurs abdominales, vomissements et diarrhées
      • Éruptions cutanées
      • Conjonctivite

Symptômes dans les cas graves

Une évolution sévère du virus SARS-CoV-2 signifie qu'une pneumonie grave va se produire. Cela se manifeste par des difficultés respiratoires et un essoufflement. Dans des cas très graves, l’on diagnostique une insuffisance pulmonaire, étendue à d'autres organes. Ces évolutions très sévères peuvent être fatales. Les personnes touchées doivent être traitées dans les unités de soins intensifs des hôpitaux et reçoivent souvent une respiration artificielle. Selon les scientifiques, l'infection est mortelle dans 0,8 % des cas. Cependant, ces derniers soulignent que ce chiffre est très difficile à déterminer - car il est très difficile de déterminer le nombre de personnes qui sont réellement infectées.[1]

Le nombre d'infections entraînant une évolution grave varie jusqu'à présent d'une région à l'autre. [21]

Groupes à risque concernant une progression grave de la maladie COVID-19

Lorsque l'on parle de groupes à risque en rapport avec le coronavirus, la question n'est pas de savoir qui est infecté par le virus. L'infection peut toucher tout le monde, elle a été constatée chez des personnes de tous les âges. Il s'agit du risque de maladie grave. Ce chiffre est nettement plus élevé pour certains groupes de personnes. Le Ministère de la Santé désigne les groupes à risque suivants [22]:

      • Les personnes âgées de 65 ans et plus
      • Les fumeurs
      • Les personnes souffrant de certaines affections préexistantes, telles que les maladies cardiovasculaires, les maladies pulmonaires chroniques comme la BPCO, les maladies hépatiques chroniques, le diabète et le cancer
      • Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, par exemple en raison d'une maladie ou de la prise régulière de certains médicaments tels que la cortisone

Infographie: COVID-19 - ces maladies augmentent le risque d’infection sévère au virus SARS-CoV-2

 

Comment faire le test du Coronavirus ?

Vous l'avez certainement entendu à maintes reprises : "Nous devons en tester davantage ! Les tests sont importants dans la crise du Coronavirus pour plusieurs raisons. Ils aident les personnes touchées à obtenir de l'aide à temps et à ne pas infecter d'autres personnes. Et ils fournissent aux politiciens et aux chercheurs les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions importantes sur la manière de faire face à la pandémie.

Il existe plusieurs façons de savoir si vous avez le COVID-19 ou si vous l'avez déjà eu. Les méthodes les plus pertinentes sont le test PCR, qui détecte la constitution génétique des virus pendant la maladie, et le test sérologique des anticorps, qui détecte les cellules du système immunitaire combattant le virus après l'infection.

Homme se testant lui-même au virus SARS-CoV-2 par test salivaire

Test PCR : suis-je malade en ce moment ?

La méthode courante pour détecter la maladie COVID-19 est le test PCR. PCR signifie réaction en chaîne de la polymérase. Il s'agit d'une méthode qui permet aux laboratoires de détecter le matériel génétique du virus SARS-CoV-2 dans un échantillon d'ADN. Les prélèvements pour l'échantillon peuvent être effectués à différents endroits. En général, l'échantillon est prélevé dans la gorge : les virus sont principalement présents à cet endroit dans la première semaine de la maladie, lorsque la plupart des personnes présentent les premiers symptômes. Plus tard, les virus se retrouvent souvent dans les poumons. Dans les hôpitaux, les médecins peuvent faire des prélèvements dans les poumons pour vérifier la présence du virus. [12]

Test sérologique COVID-19 avec mesure d'anticorps au virus SARS-CoV-2 : Ai-je été vraiment malade ?

Lors d'une maladie infectieuse comme le COVID-19, le système immunitaire produit des anticorps pour combattre les agents pathogènes dans l'organisme. Il existe des anticorps différents pour chaque agent pathogène. Les laboratoires peuvent donc détecter spécifiquement les anticorps dans le sang qui peuvent être attribués au virus SARS-CoV-2.

Les anticorps sont produits au cours de la maladie et peuvent être détectés au plus tôt une à deux semaines après l'infection. C'est pourquoi les tests sérologiques ne sont pas bien adaptés à la détection d'une infection aiguë. [23]

Quel est l'intérêt des tests sérologiques COVID-19 ?

Comme les anticorps restent dans le corps même après que l'infection a été vaincue, vous pouvez utiliser un test sérologique d'anticorps pour déterminer rétrospectivement si vous avez déjà eu le virus corona. Ceci est important car de nombreux patients ne présentent pas de symptômes clairs - le COVID-19 est souvent caché derrière des symptômes légers de rhume ou même ne provoque aucun symptôme. Si vous avez survécu aux anticorps présents dans votre sang et à la maladie, vous ne tomberez probablement pas malade à nouveau et ne pourrez pas infecter d'autres personnes. Les personnes qui sont immunisées peuvent à l'avenir être autorisées à se passer des interdictions de contact et à retourner au travail, par exemple.

Les tests sérologiques de mesure d'anticorps au COVID-19 sont également un espoir pour les scientifiques d'obtenir des données sur le déroulement de la pandémie.

 

Test sérologique Coronavirus anticorps covid 19Avec le test sérologique Coronavirus des anticorps ceracreen®, vous pouvez prélever un échantillon de sang à la maison, qui est ensuite testé par un laboratoire médical spécialisé pour les anticorps contre le SARS-CoV-2. Le test mesure les anticorps IgG spécifiques à l'aide de la procédure de test ELISA établie. Ces anticorps restent le plus longtemps dans l'organisme et fournissent les résultats les plus significatifs lors de l'analyse.

Pourquoi est-il important d'éviter les contacts, dans la crise Coronavirus ?

La mesure la plus importante pour contenir la pandémie de corona : Évitez autant que possible les contacts directs entre les personnes. C'est ce qu'on appelle la "distanciation sociale".

Le principe est simple : Moins il y a de personnes qui entrent en contact direct les unes avec les autres, moins il peut y avoir d'infections. C'est d'autant plus vrai que de nombreuses personnes portent le virus à l'intérieur d'elles-mêmes sans s'en rendre compte.

La distanciation sociale, qui a été marquée par les mesures de confinement en vigueur jusqu’au 11 mai 2020 [14], comprend les restrictions de contact et les interdictions de réunion imposées par le gouvernement, la fermeture de bars, de restaurants et l'annulation de concerts et de matchs de football. Depuis le 11 mai 2020, ces mesures ont été assouplies et adaptées, selon le taux d’infections dans chaque département. Vous trouverez les mesures officielles du déconfinement en France sur le site du gouvernement.

 

Que signifie "aplanir la courbe" ?

"Aplanir la courbe" fait référence à une représentation graphique du nombre de personnes infectées sur une période donnée : si les infections se propagent sur une longue période, le résultat est une courbe longue et plate des cas. S'il y a beaucoup de cas à la fois, la courbe devient très raide.

Infographie: aplanir la courbe dans la crise Covid-19

Le problème avec une courbe raide : si de nombreuses personnes tombent malades en même temps, beaucoup doivent également être traitées simultanément dans les unités de soins intensifs. Les capacités du système de santé peuvent alors être mises à rude épreuve : lits dans les hôpitaux, personnel médical et infirmier disponible, médicaments et matériel respiratoire. Cela peut signifier que les médecins doivent décider quels patients traiter et quels patients ne pas traiter, ce qui entraîne une augmentation du nombre de décès. L'objectif est donc de répartir les infections sur une longue période. Ce n'est qu'ainsi que toutes les personnes dont la maladie progresse gravement pourront bénéficier d'un traitement médical optimal.

Qu'est-ce que la quarantaine domestique ?

Une quarantaine domestique est ordonnée pour vous par le service de santé publique si vous avez été testé positif au virus SARS-CoV-2 ou si vous avez de forts symptômes suspects et avez eu des contacts avec des personnes touchées par ce virus. La quarantaine signifie que vous n'êtes pas autorisé à quitter votre domicile, pas même pour faire des courses, aller au travail ou vous promener. Cela s'applique généralement pendant 14 jours. Vous pouvez par exemple demander à vos voisins, à votre famille ou à vos amis de faire vos courses pour vous et les laisser à votre porte. Si vous n'avez personne pour vous aider dans vos achats, vous pouvez contacter les pompiers ou des volontaires locaux.

Si l'isolement social pèse lourdement sur vous, cherchez à obtenir le soutien de vos amis et de votre famille. Vous pouvez également joindre le numéro vert gratuit dédié aux informations, mais aussi au soutien psychologique pendant la crise du Coronavirus :        0 800 130 000. [15]

 

Quelles sont les mesures de protection qui existent contre le COVID-19 ?

Il existe plusieurs recommandations pour aider à contenir la propagation de la pandémie Corona. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande les mesures suivantes pour se protéger et protéger les autres : [16]

      • Hygiène des mains : lavez-vous les mains régulièrement et soigneusement (au moins 20 secondes) à l'eau et au savon ou désinfectez-les.
      • Éternuez et toussez toujours dans le creux de votre bras et jetez immédiatement les mouchoirs utilisés.
      • Ne touchez pas votre visage, en particulier votre nez, votre bouche et vos yeux.
      • Restez à la maison si vous présentez des signes de rhume, appelez un médecin si vous avez de la toux ou de la fièvre.
      • Gardez au moins un mètre de distance avec les autres personnes et évitez les foules..

Si un membre de votre ménage est malade, vous devez également réduire les contacts pour éviter l'infection. Nettoyez ensuite régulièrement les surfaces avec de l'eau et du savon et désinfectez-les ensuite. Cela est particulièrement vrai pour les objets que nous touchons souvent dans la vie quotidienne, comme les poignées de porte, les interrupteurs, les toilettes, les éviers, les tables, les claviers et les téléphones. [5]

Quel est l'intérêt d'un masque et d'une protection buccale ?

Si vous sortez avec un masque, il ne vous protégera pas de manière fiable contre l'infection du Coronavirus. Cette protection ne peut être assurée que par des masques médicaux spéciaux, qui sont réservés au personnel soignant des cabinets médicaux et des hôpitaux. Le principal avantage des masques est que lorsque les personnes infectées en portent, le risque d'infecter d'autres personnes est réduit. Grâce aux masques, nous libérons moins de virus en toussant, en éternuant et en parlant. Ils limitent probablement aussi la transmission de petites particules d'aérosol. C'est le résultat d'une étude publiée dans la revue scientifique Nature. [7]

La recommandation officielle est donc que le plus grand nombre possible de personnes portent des masques, en particulier lorsqu'elles font des achats et dans les transports publics. [15]

Les masques doivent toujours couvrir la bouche et le nez. Il est également possible de porter des masques simples, faits maison, car ils peuvent apparemment aussi réduire le risque d'infection pour d'autres personnes. En France, des réglementations différentes sur l'obligation de porter un masque s'appliquent depuis le 11 mai, selon le niveau d’infection de chaque département - vérifiez si votre département est en zone verte ou rouge [15]. En règle générale, l'obligation s'applique aux transports en commun, avions, taxis, magasins.

Applications et données de déplacement

Pour certains experts, les applications et les données mobiles sont une lueur d'espoir. Ce sont des applications qui permettent de suivre les déplacements et les contacts. De cette manière, les autorités peuvent sélectionner spécifiquement les personnes pour lesquelles des tests et, dans certaines circonstances, une quarantaine domestique sont utiles. Les experts espèrent que ces applications permettront aux autorités de créer des "réseaux d'infection" et de faire subir des tests à des groupes de personnes affectées, d'envoyer des messages automatisés et d'ordonner des quarantaines à domicile. Le reste de la société pourrait alors revenir lentement à la normale.

Toutefois, cela ne peut fonctionner que si un grand nombre de personnes y participent. Dans l'idéal, au moins la moitié de la population devrait utiliser de telles applications. Les personnes disposant d'un système de suivi de la condition physique devraient également pouvoir "offrir" leurs données de mouvement sous forme cryptée.Bien sûr, il y a aussi des problèmes de protection des données : tout le monde ne veut pas rendre public ses déplacements. Il faut s'assurer que seuls les instituts de recherche peuvent utiliser ces données. [17]

Renforcer le système immunitaire face au Coronavirus

Dans le cas d’une maladie infectieuse telle que le COVID-19, le système immunitaire combat les agents pathogènes présents dans l'organisme, en l'occurrence le virus du SARS-CoV-2. Les personnes qui souffrent d'une immunodéficience due à une maladie sont donc exposées à un risque d'évolution grave du COVID-19, où le système immunitaire a du mal à faire face au virus et où des symptômes graves et dangereux peuvent apparaître. [22]

Un système immunitaire sain ne vous protège pas contre l'infection par le virus corona. Cela s'explique par le fait que le système immunitaire humain n'est pas encore adapté au nouveau virus. Il doit d'abord accumuler des anticorps contre l'agent pathogène avant de pouvoir le combattre efficacement. On ne sait toujours pas s'il est possible de renforcer le système immunitaire avec des compléments alimentaires et donc de réduire l'évolution de la maladie COVID-19. Cependant, il peut être utile d'identifier et de compenser toute carence en nutriments afin que votre corps soit préparé de manière optimale à une infection.[24] Parmi les nutriments importants pour le système immunitaire figurent la vitamine D, les minéraux zinc et sélénium.

 

Vaccins contre le virus SARS-CoV-2

En médecine, les vaccinations sont un peu comme la ligue royale des thérapies contre les maladies infectieuses. Après tout, avec une vaccination, nous traitons une maladie avant qu'elle ne puisse se développer. Une vaccination complète garantit également qu'un agent pathogène, tel qu'un virus, puisse difficilement se propager. [25]

Pourquoi les vaccinations contre le COVID-19 sont-elles importantes ?

En ce qui concerne le virus SARS-CoV-2 et la maladie COVID-19, la recherche d'un vaccin est une course contre la montre. Sans vaccination, il faudrait s'attendre à l'un des deux scénarios suivants : Soit nous vivons pendant des années avec des restrictions drastiques dans notre vie quotidienne. Soit le virus se propagera rapidement, ce qui pourrait entraîner un nombre élevé de décès.

Bon à savoir : Comment les vaccins fonctionnent-ils ? Les vaccinations stimulent le système immunitaire à se défendre contre un agent pathogène spécifique, par exemple en produisant des anticorps. Les vaccins contiennent soit des agents pathogènes vivants mais atténués (vaccin vivant), soit des cellules mortes des agents pathogènes (vaccin mort). Des vaccinations réussies réduisent le risque que les gens attrapent une maladie et la propagent. [25]

Quand y aura-t-il des vaccins contre le COVID-19 ?

Combien de temps faut-il pour développer un vaccin ? Il faut souvent des années pour mettre au point un vaccin. Et bien que les chercheurs du monde entier y travaillent dur, le développement prendra probablement au moins 12 à 18 mois. Les experts ne s'attendent pas à un vaccin approuvé avant le printemps 2021 au plus tôt. En effet, les vaccins doivent être bien testés. Il en va de même pour les autres médicaments, bien entendu. Mais les vaccinations contiennent toujours l'agent pathogène lui-même ou des parties de celui-ci. C'est pourquoi les scientifiques doivent prouver de manière très approfondie, par des études, que les ingrédients actifs sont sûrs. Sinon, des millions de personnes pourraient recevoir des vaccins aux effets incertains. [25]

Sur quoi les scientifiques travaillent-ils actuellement ?

Selon une étude d'ensemble, les scientifiques du monde entier travaillent sur une centaine de types de vaccins différents contre les coronavirus. [26]Cependant, seuls certains d'entre eux sont parvenus à la phase clinique, où ils sont testés sur des personnes.

En Chine, des chercheurs ont mis au point un vaccin inactivé qui s'est révélé prometteur lors d'une étude sur des singes rhésus. Les animaux ont reçu le vaccin, puis une forte dose du virus injectée dans les poumons. Grâce au vaccin, les singes avaient développé des anticorps contre le virus et pouvaient réprimer le virus. Il n'y a eu aucun cas de réaction excessive dangereuse du système immunitaire - un effet secondaire qui peut parfois entraver la recherche sur les vaccins inactivés. [19]

Ces études sur les animaux ne sont cependant qu'une première étape. Il n'a pas encore été démontré que ces résultats peuvent être répétés, ni si les résultats sont valables pour l'homme. Les vaccins de ce type doivent d'abord être testés dans le cadre de grandes études cliniques.

Bon à savoir : Vaccin inerte et vivant. On peut distinguer les vaccins selon que des cellules vivantes ou mortes des virus sont utilisées pour les produire. Les vaccins inactivés sont plus faciles et plus rapides à produire, même en grandes quantités. Ils sont également considérés comme plus risqués, c'est pourquoi la recherche sur les vaccins COVID-19 aux États-Unis et en Europe se concentre actuellement davantage sur les vaccins vivants.[19]

 

Médicaments contre le COVID-19

Les bons médicaments pourraient aider en particulier les personnes souffrant d'une forme grave de COVID-19. Aucun médicament n'a encore été approuvé pour le COVID-19. Les études et les procédures d'approbation font encore défaut. Les scientifiques travaillent sur différents types de médicaments qui pourraient convenir au traitement des coronavirus :

  • Les médicaments antiviraux. Ils ralentissent ou empêchent les virus de se multiplier dans l'organisme. Certains de ces médicaments renforcent également le système immunitaire de l'organisme afin qu'il puisse mieux combattre les virus.
  • Médicaments pour les maladies pulmonaires. Ils permettent de contrecarrer les restrictions qui peuvent être causées par une pneumonie grave. Par exemple, ils veillent à ce que les poumons continuent d'alimenter le sang en oxygène en quantité suffisante.
  • Les immunomodulateurs : Dans certains cas, le système immunitaire réagit de manière excessive et peut causer des dommages aux poumons, par exemple. Ces agents peuvent empêcher une telle réaction.
  • Quels sont les médicaments actuellement testés ?

    Certains des médicaments que les scientifiques étudient ont déjà fait la une des journaux. Parmi ceux-ci : [27]

    Remdesivir. Ce médicament a été développé pour être utilisé contre le virus Ebola. Il pourrait combattre le coronavirus dans l'organisme. Dans certains tests initiaux, elle semblait prometteuse. Il existe maintenant des études plus importantes en Asie, aux États-Unis et en Allemagne.

    Hydroxychloroquine. Le médicament contre le paludisme a d'abord suscité un grand espoir. Mais les études n'ont pas été concluantes jusqu'à présent - il n'est pas encore possible de dire si la chloroquine pourrait aider contre le COVID-19 à l'avenir.

    Tocilizumab. Ce médicament contre les rhumatismes pourrait contrecarrer les réactions excessives du système immunitaire dans les poumons. Une étude internationale impliquant 330 patients COVID-19 est actuellement en cours et les résultats sont attendus pour l'été.

     

    Sources

    [1] Ministère des Solidarités et de la Santé, “D’où vient le coronavirus COVID-19 ?” https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/tout-savoir-sur-le-covid-19/article/reponses-a-vos-questions-sur-le-covid-19-par-des-medecins

    [2] X. He et al., „Temporal dynamics in viral shedding and transmissibility of COVID-19“, medRxiv, S. 2020.03.15.20036707, Mars 2020, doi: 10.1101/2020.03.15.20036707.

    [3] T. Ganyani et al., „Estimating the generation interval for COVID-19 based on symptom onset data“, medRxiv, S. 2020.03.05.20031815, Mars 2020, doi: 10.1101/2020.03.05.20031815.

    [4] P. Y. Chia et al., „Detection of Air and Surface Contamination by Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) in Hospital Rooms of Infected Patients“, medRxiv, S. 2020.03.29.20046557, Avr. 2020, doi: 10.1101/2020.03.29.20046557.

    [5] CDC, „Coronavirus Disease 2019 (COVID-19)“, Centers for Disease Control and Prevention, Feb. 11, 2020. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/social-distancing.html (acces le 08 avr. 2020).

    [6] N. van Doremalen et al., „Aerosol and Surface Stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV-1“, N. Engl. J. Med., Bd. 0, Nr. 0, S. null, März 2020, doi: 10.1056/NEJMc2004973.

    [7] N. H. L. Leung et al., „Respiratory virus shedding in exhaled breath and efficacy of face masks“, Nat. Med., S. 1–5, Avr. 2020, doi: 10.1038/s41591-020-0843-2.

    [8] G. Ye et al., „Clinical characteristics of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 reactivation“, J. Infect., Mars 2020, doi: 10.1016/j.jinf.2020.03.001.

    [9] J. An et al., „Clinical characteristics of the recovered COVID-19 patients with re-detectable positive RNA test“, Infectious Diseases (except HIV/AIDS), preprint, Mars 2020. doi: 10.1101/2020.03.26.20044222.

    [10] Organisation Mondiale de la Santé (OMS), „Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19)“, Fev. 2020. Zugegriffen: Avr. 08, 2020. [Online]. Disponible ici: https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/who-china-joint-mission-on-covid-19---final-report-1100hr-28feb2020-11mar-update.pdf?sfvrsn=1a13fda0_2&download=true.

    [11] NHS, „Who’s at higher risk from coronavirus - Coronavirus (COVID-19)“, nhs.uk, Apr. 22, 2020. https://www.nhs.uk/conditions/coronavirus-covid-19/people-at-higher-risk-from-coronavirus/whos-at-higher-risk-from-coronavirus/ (accessed May 13, 2020).

    [12] Y. Pan, D. Zhang, P. Yang, L. L. M. Poon, und Q. Wang, „Viral load of SARS-CoV-2 in clinical samples“, Lancet Infect. Dis., Bd. 20, Nr. 4, S. 411–412, Avr. 2020, doi: 10.1016/S1473-3099(20)30113-4.

    [13] Service public, „Déconfinement : déplacements et offre de transports encore limités“, 12 mai 2020. https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14035

    [14] Legifrance, „Décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19“, 16 mars 2020. https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2020/3/16/PRMX2007858D/jo/texte

    [15] Site du gouvernement, Informations Coronavirus, Mise à jour 13 mai 2020, https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

    [16] Organisation Mondiale de la Santé, „Q&A on coronaviruses (COVID-19)“. https://www.who.int/news-room/q-a-detail/q-a-coronaviruses (saisi le 09 avril 2020).

    [17] L. Ferretti et al., „Quantifying SARS-CoV-2 transmission suggests epidemic control with digital contact tracing“, Science, Mars 2020, doi: 10.1126/science.abb6936.

    [18] T. T. Le u. a., „The COVID-19 vaccine development landscape“, Nat. Rev. Drug Discov., Apr. 2020, doi: 10.1038/d41573-020-00073-5.

    [19] Q. Gao et al., „Rapid development of an inactivated vaccine for SARS-CoV-2“, Microbiology, preprint, Apr. 2020. doi: 10.1101/2020.04.17.046375.

    [20] L. Bao et al., „Lack of Reinfection in Rhesus Macaques Infected with SARS-CoV-2“, Bioxriv, Biology, preprint, mai 2020, doi:https://doi.org/10.1101/2020.03.13.990226.

    [21] Santé publique France, „COVID-19: point épidémiologique“, https://www.santepubliquefrance.fr/recherche/#search=COVID%2019%20point%20epidemiologique&publications=donn%C3%A9es&regions=Antilles|Auvergne-Rh%C3%B4ne-Alpes|Bourgogne%20/%20Franche-Comt%C3%A9|Bretagne|Centre-Val%20de%20Loire|Grand%20Est|Guyane|Hauts-de-France|Ile-de-France|Normandie|Nouvelle-Aquitaine|Occitanie|Oc%C3%A9an%20Indien|Pays%20de%20la%20Loire|Provence-Alpes-C%C3%B4te%20d'Azur%20et%20Corse&sort=date, saisi le 14 mai 2020

    [22] Ministère des Solidarités et de la Santé, „Coronavirus: quelles sont les personnes fragiles ?“, 13 mars 2020, https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles

    [23] Haute Autorité de Santé, „Place des tests sérologiques dans la stratégie de prise en charge de la maladie COVID-19“, 2 mai 2020, https://www.has-sante.fr/jcms/p_3179992/fr/place-des-tests-serologiques-dans-la-strategie-de-prise-en-charge-de-la-maladie-covid-19

    [24] EUFIC,, „Les aliments et le coronavirus (COVID-19) : que faut-il savoir ?“, 26 mars 2020, https://www.eufic.org/fr/food-safety/article/les-aliments-et-le-coronavirus-covid-19-que-faut-il-savoir

    [25] Centre de recherche Allemand sur les infections (DZIF), „Le developpement de vaccins“, https://www.dzif.de/en/sars-cov-2-dzif-scientists-and-development-vaccines

    [26] T. T. Le et al., „The COVID-19 vaccine development landscape“, Nat. Rev. Drug Discov., Apr. 2020, doi: 10.1038/d41573-020-00073-5.

    [27] Industrie Pharma, „Covid-19 : Quels sont les médicaments testés dans l'essai clinique Discovery ?“, https://www.industriepharma.fr/covid-19-quels-medicaments-seront-testes-dans-l-essai-europeen-discovery,109551

    [28] Yann Lagarde, „Peut-on attraper le Covid-19 une deuxième fois ?“, https://www.franceculture.fr/sciences/peut-attraper-le-covid-19-une-deuxieme-fois

    Contenu