L’allergie au lait: l'essentiel sur les symptômes, le diagnostic et le traitement

L'allergie au lait est l'une des allergies alimentaires les plus courantes, en particulier chez les enfants. Si vous êtes allergique aux protéines du lait de vache, allergie connue aussi sous le nom d’APLV, il est important de modifier votre régime alimentaire et faire attention à votre consommation de nutriments importants tels que le calcium.

Le lait est présent dans beaucoup plus d'aliments que vous ne le pensez, dans les produits de boulangerie, les plats cuisinés, les sauces - et les gens ne le remarquent souvent que s'ils ne peuvent pas tolérer le lait. Si vous souffrez d'une allergie au lait, vous devez alors prêter une attention particulière à ce que vous mangez. Même la plus petite quantité peut provoquer des réactions allergiques allant de démangeaisons dans la gorge à la diarrhée et même à un arrêt circulatoire.

Dans cet article, apprenez l’essentiel sur ce qui se passe dans l'organisme en cas d'allergie au lait, quels sont les symptômes qu'elle présente et comment vous pouvez modifier votre alimentation en cas d'allergie. Par ailleurs, voici ce à quoi vous devez faire attention lorsque l’allergie au lait concerne le bébé et l’enfant.

Qu'est-ce qu'une allergie au lait ?

L'allergie aux protéines du lait de vache, APLV, est l'une des allergies alimentaires les plus courantes dans le monde. Les nourrissons et les jeunes enfants de moins de cinq ans sont particulièrement touchés. Pendant l'enfance ou l'adolescence, l'allergie disparaît souvent - mais pas toujours [1]. Il est difficile de dire exactement combien de personnes sont concernées : selon la Fondation européenne pour la recherche sur les allergies, 2,3 % des personnes interrogées pensent avoir une allergie au lait, mais seulement 0,6 % ont été diagnostiquées [2].

Découvrez à quoi votre corps est intolérant, parmi les aliments les plus courants !

Analyse de sang d'intolérance alimentaire

Symptômes allergiques après les repas ? Différents aliments sont généralement responsables pour les réactions allergiques alimentaires. Pour savoir à quoi sont dûs vos symptômes de réaction aux aliments, et pour les reduire en adaptant votre almentation, une analyse de sang concentrée sur l'intolérance et allergie alimentaire peut vous aider à y voir enfin plus clair. L'analyse porte sur la détection des anticorps spécifiques IgE et IgG4. Les IgE sont analysés en rapport aux allergies alimentaires, tandis que les IgG4 sont liés aux intolérances aux aliments.

 

 

Une allergie est toujours une réaction du système immunitaire aux allergènes, c'est-à-dire à certaines substances que le corps considère par erreur comme un danger. Dans le cas de l'allergie au lait, il s'agit de protéines contenues dans le lait de vache. La plupart de ces protéines appartiennent aux caséines, qui se trouvent dans la partie solide du lait, et aux protéines du petit-lait. Les allergènes du lait se retrouvent également dans les produits laitiers tels que le fromage, le fromage blanc, le yaourt et la crème [3].

La chaleur peut détruire les protéines du lactosérum, mais la plupart des gens sont allergiques aux différents allergènes du lait. Et la plupart d'entre eux sont résistants à la chaleur. Ainsi, dans la plupart des cas, faire bouillir le lait au préalable ou acheter des aliments transformés ne vous protégera pas de l'allergie au lait [4].

Comment une allergie au lait se développe-t-elle ?

Les scientifiques ne peuvent pas encore dire exactement comment les allergies se développent. Ce qui est clair, c'est que notre système immunitaire déclenche des réactions erronées en cas d'allergie. La composition de la flore intestinale, c'est-à-dire les bactéries présentes dans nos intestins, est évoquée comme une cause possible.

En outre, la prédisposition génétique joue un rôle. Les enfants ont un risque plus élevé de développer une allergie alimentaire telle que l'allergie au lait de vache, si l'un de leurs parents ou les deux souffrent d'une allergie, d'asthme ou de neurodermatite [1,5,6].



Que se passe-t-il dans le corps lors d'une allergie au lait ?

En cas d'aplv, ou d’allergie aux protéines du lait de vache, l'organisme produit un nombre accru d'anticorps dits IgE. Les anticorps font en sorte que les cellules du système immunitaire libèrent l'histamine, substance messagère, lorsque l'allergène pénètre dans l'organisme. L'histamine provoque alors une inflammation des muqueuses et, par conséquent, les réactions allergiques typiques [7].

Important : une allergie au lait n'est pas une intolérance au lactose, et les deux affections doivent être diagnostiquées et traitées différemment. Dans l'intolérance au lactose, les intestins ont des difficultés à traiter le sucre du lait (lactose) [9]. Contrairement à l'allergie, l'intolérance au lactose se manifeste presque exclusivement par des troubles du tractus gastro-intestinal tels que des flatulences et des diarrhées [7,9].

Allergie au lait ou intolerance au lactose

Allergie, intolérance, histamine ? Testez vos réactions aux aliments avec un kit santé complet

Kit réaction allergique alimentaire

Le kit Réaction allergique aux aliments + Histamine vous fait gagner du temps et de l'argent. Les deux tests best sellers Intolérance a l'histamine et Allergies / intolérances alimentaires sont réunis en un seul kit, pour vous permettre de faire le point sur vos symptômes d'une manière complète.



 

 

 

Allergie au lait : bébés et enfants

L'allergie au lait est la forme la plus courante d'allergie alimentaire chez les bébés et les jeunes enfants. Les premières réactions apparaissent généralement lorsque vous introduisez des aliments solides dans l'alimentation de votre bébé après l'avoir allaité. Dans de très rares cas, l'allergie peut se manifester pendant l'allaitement.

Chez la plupart des enfants, l'allergie disparaît avec le temps. Une étude portant sur près de 300 enfants a montré que 50 % des enfants avaient perdu leur allergie au lait avant leur cinquième anniversaire. Dans d'autres études, 80 % des enfants ne présentaient plus de symptômes à l'âge scolaire. Cependant, si l'allergie persiste à l'âge adulte, elle reste souvent présente toute la vie [1,2,10].

Bon à savoir : De nombreux enfants allergiques au lait ont également d'autres allergies. L'allergie au lait est souvent la première à se développer. Les allergies alimentaires sont également souvent associées à la neurodermatite [3].

Allergies croisées en cas d'allergie au lait

Si vous avez une allergie, vous pouvez développer des allergies croisées. Il s'agit d'une réaction de votre système immunitaire à des allergènes similaires aux déclencheurs de votre allergie. Dans le cas du lait de vache, par exemple, des réactions croisées avec d'autres types de lait, notamment le lait de chèvre et de brebis, se produisent dans environ 90 % des cas. L'allergie croisée avec le bœuf est possible, mais plus rare [1].

Allergies croisees avec l'allergie au lait

Par quoi est déclenchée l’allergie au lait de vache : Qu'y a-t-il dans le lait ?

Le lait fournit des vitamines essentielles, comme la vitamine B12 et la vitamine B2, ainsi que des minéraux comme le magnésium, le fer et le zinc. Mais c'est surtout le principal fournisseur de calcium. Grâce au calcium qu'il contient, le lait aide à maintenir la densité osseuse à mesure que nous vieillissons, ce qui nous protège contre l'ostéoporose et les fractures osseuses [11,12]. Toutefois, comme tous les aliments, le lait ne contient que de très faibles quantités de vitamine D - les produits laitiers ne peuvent pas couvrir vos besoins en vitamine du soleil. Cela ne fonctionne que dans les pays où la vitamine D est ajoutée au lait, comme aux États-Unis et en Scandinavie.

Bon à savoir : si la teneur en matières grasses du lait diminue, la teneur en nutriments diminue également. Le lait à faible teneur en matières grasses contient donc non seulement moins de matières grasses, mais aussi moins de fer et de vitamine A, par exemple.

Le lait est composé de 90 % d'eau, le reste étant constitué de graisses, de protéines et de glucides sous forme de lactose. Les graisses qu'il contient sont principalement des acides gras saturés, qui ne doivent constituer qu'une petite partie de l'alimentation. En revanche, l'organisme peut très bien utiliser les protéines du lait [11].

Comment se manifestent l’allergie au lait: symptômes

Les allergènes du lait déclenchent souvent des réactions fortes à très fortes, et très différentes. L’allergie au lait et ses symptômes peuvent se manifester non seulement dans la bouche et le tractus gastro-intestinal, mais aussi sur la peau et dans les voies respiratoires [4,9] :

  • Respiratoire : difficulté à respirer, toux, écoulement nasal, gonflement du larynx.
  • peau : urticaire (urticaria), gonflement soudain (angioedema), démangeaisons
  • Bouche : gonflement autour de la bouche
  • Tractus gastro-intestinal : nausées, vomissements, douleurs abdominales et diarrhée.
  • Des symptômes de l’allergie au lait non spécifiques tels que la fatigue peuvent également indiquer une allergie au lait. Les symptômes apparaissent généralement peu de temps après que vous ayez consommé le lait. On parle également d'allergie de type immédiat [4,9].

Certaines personnes subissent parfois un symptôme grave de l’allergie au lait: ce qu'on appelle un choc anaphylactique, également connu sous le nom d'anaphylaxie, la forme la plus grave de réaction allergique. Le choc peut entraîner un essoufflement, un rythme cardiaque rapide, des vertiges et des problèmes circulatoires, voire une perte de conscience, et peut mettre la vie en danger. L'allergie au lait de vache déclenche dix à vingt pour cent de tous les chocs anaphylactiques d'origine alimentaire. Seules les allergies aux noix en sont plus fréquemment responsables [4,9,14].

Que faire contre l'allergie au lait ? Conseils et traitements

Si l'on vous a diagnostiqué une allergie au lait, il n'existe qu'une seule véritable option thérapeutique : vous devez éliminer le lait et les produits laitiers de votre alimentation. Jusqu'à présent, il n'existe aucun remède à l'aplv.

Mais il y a quelques éléments à prendre en compte. D'une part, le lait est présent dans de nombreuses sauces, pâtisseries et produits de consommation courante, et même de petites quantités peuvent déclencher des symptômes chez les personnes allergiques. En revanche, les nutriments tels que le calcium doivent être pris à partir d'autres sources si vous ne mangez pas de lait [1].

Important : les médicaments peuvent également contenir du lait et des composants du lait. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien.

Que manger si vous êtes allergique au lait ?

Les personnes allergiques au lait ont des symtomes généralement lorsqu’elles mangent des produits fabriqués à partir du lait. En tant que personne allergique, vous devez éviter les aliments suivants, entre autres [1,15] :

  • Le babeurre et les produits similaires tels que le kéfir et l'ajvar.
  • Fromage et tout ce qui contient du fromage
  • Yoghourt et fromage blanc
  • Crème glacée et pudding
  • Crème et beurre

Bon à savoir : Les boissons au soja sont une alternative populaire au lait. Mais attention : le soja déclenche aussi très souvent des allergies - et les personnes sujettes aux allergies alimentaires ont un risque accru de développer d'autres allergies [1,15].

Allergie au lait - alternatives aux produits laitiers

Dans quoi le lait se cache-t-il ?

Le lait est présent dans de nombreux aliments transformés, même dans ceux où vous ne le soupçonnez pas immédiatement. Il faut donc étudier les ingrédients sur les emballages et demander dans les restaurants ou les boulangeries en cas de doute.

Le lait peut se cacher dans les aliments suivants, entre autres [3] :

  • Pain, gâteaux et autres produits de boulangerie
  • boulettes de viande, viande panée et poisson pané
  • sauces, soupes, mayonnaise et pâtes à tartiner végétariennes
  • les sucreries, telles que le chocolat, le nougat et le caramel
  • Poudre protéinée à base de caséine ou de protéines de lactosérum

Bonnes sources de calcium, en plus des produits laitiers [17] :

  • certains légumes tels que le brocoli, le chou frisé et la roquette
  • eau minérale riche en calcium
  • Noix telles que les noisettes et les noix du Brésil

Bon à savoir : L'apport recommandé en calcium pour les adultes est de 1000 milligrammes par jour. Par exemple, vous pouvez couvrir vos besoins en calcium avec 250 millilitres de lait et deux tranches d'emmental (50 à 60 grammes) [17].

Médicaments et médicaments d'urgence

Les antihistaminiques peuvent soulager vos symptômes si vous souffrez d'allergies. Ces médicaments sont également connus sous le nom de "comprimés antiallergiques". Toutefois, ils ne conviennent que pour une utilisation à court terme.

Si vous avez déjà subi un choc anaphylactique, votre médecin vous prescrira un kit d'urgence anaphylaxie. Ce kit contient, entre autres, un stylo d'adrénaline et une préparation de cortisone et peut être salvateur en cas de choc [18].

Immunothérapie (hyposensibilisation)

Pour certaines allergies, il est déjà possible de suivre une immunothérapie (également appelée hyposensibilisation). Les médecins administrent de petites doses de l'allergène, encore et encore, sur une période de plusieurs années. Au fil du temps, le système immunitaire est censé s'habituer aux déclencheurs de l'allergie et réduire sa réaction de défense. Pour les allergies alimentaires, cependant, ce type de thérapie n'en est encore qu'à ses balbutiements. Jusqu'à présent, il n'y a eu que des études cliniques - avec un premier succès dans le cas de l'allergie aux arachides, mais aussi avec de nombreux effets secondaires. L'immunothérapie n'est pas encore possible pour l'allergie au lait [18].

Enfants et bébés allergiques au lait

Si les nourrissons ou les jeunes enfants sont allergiques au lait, vous devez, en tant que parent, accorder une attention particulière au régime alimentaire de votre enfant. Vous devez constamment éloigner les allergènes de votre enfant - une exposition grave aux allergies peut augmenter le risque d'asthme bronchique et de dermatite atopique.

Il est également très important, surtout pour les jeunes enfants, qu'ils consomment suffisamment de calcium, de vitamines B et de protéines, tous des nutriments présents dans le lait et les produits laitiers. Les bébés qui ne supportent pas le lait maternel ou qui ne peuvent pas être allaités reçoivent souvent une préparation spéciale contenant toutes les protéines importantes.

Une allergie au lait peut être très contraignante, surtout si elle est aggravée par d'autres allergies et intolérances. Si vous ou votre enfant êtes concernés, vous pouvez demander conseil - les nutritionnistes, les pédiatres et les médecins spécialisés dans les allergies sont de bons contacts et peuvent vous aider à modifier votre alimentation de manière équilibrée [1,19].

Tant que vous êtes une mère qui allaite, vous devez également éviter les produits laitiers si votre bébé souffre d'une allergie au lait. Les allergènes peuvent atteindre l'enfant par le lait maternel [1,19].

L'allaitement maternel est par ailleurs considéré comme un bon moyen de réduire le risque d'allergies. Les directives médicales recommandent donc l'allaitement maternel lorsque cela est possible et l'introduction d'aliments complémentaires à partir de l'âge de 5 mois. Le fait d'omettre de son régime alimentaire les aliments qui déclenchent souvent des allergies ne protège pas contre ces dernières [20].

Alternatives en cas d’allergie au lait - boissons au soja et autres

Dès l'âge de 1 an, vous pouvez donner du lait de soja à votre enfant s'il n'est pas allergique au soja. Le soja est riche en protéines et les boissons au soja sont souvent enrichies en calcium et en vitamines B. Les boissons au soja et les autres substituts du lait tels que les boissons à l'avoine, au riz et aux amandes se prêtent bien à la cuisine et à la pâtisserie, de même que les desserts tels que les puddings et le riz au lait.

Cependant, ces boissons à base de plantes ne conviennent comme complément que si votre enfant peut déjà manger d'autres aliments comme la viande, les céréales, les fruits et les légumes [1,19].

Faire un test d'allergie au lait

Selon les directives médicales, les médecins posent un diagnostic d'allergie lorsque deux circonstances sont réunies [22] :

  • Vous ressentez des symptômes lorsque vous entrez en contact avec l'allergène.
  • Votre corps est sensibilisé à l'allergène, il produit donc trop d'anticorps IgE spécifiques. On peut déterminer si c'est le cas en effectuant une analyse de sang ou un test cutané.

Dans le cas d'un prick-test, les médecins grattent l'allergène sous la peau à l'aide d'une lancette - si des papules et des rougeurs se forment, il y a sensibilisation. Les laboratoires peuvent également mesurer le nombre de certains anticorps IgE dans votre sang. Un nombre élevé indique également une sensibilisation. Pour en être sûr, vous pouvez passer un test de provocation : Il s'agit d'administrer l'allergène sous la supervision d'un médecin. Un médecin observe s'il y a des symptômes.

Test d'allergie au lait et aux œufs à la maison

Vous pouvez effectuer un test d'allergie chez votre médecin de famille ou chez votre allergologue, par exemple - mais aussi dans le confort de votre propre maison avec le test d'allergie au lait et aux œufs cerascreen®. Avec le kit de test, vous pouvez prélever vous-même quelques gouttes de sang et envoyer l'échantillon à un laboratoire spécialisé qui mesure le nombre d'anticorps IgE pour le lait et les œufs. Après l'évaluation, vous recevrez un rapport de résultats qui vous indiquera si vous êtes sensibilisé au lait de vache et aux œufs de poule.

Pensez-vous avoir d'autres allergies ? Ne restez pas sans savoir !

L'allergie au lait : en bref

Définition simple de l'allergie au lait

L'allergie au lait est l'une des allergies alimentaires les plus courantes dans le monde. Elle se manifeste principalement chez les jeunes enfants et disparaît chez de nombreux malades pendant l'enfance et l'adolescence. En cas d'allergie, le système immunitaire déclenche des réactions de défense contre les protéines inoffensives du lait, ce qui entraîne des symptômes allergiques.

Allergie au lait et symptômes courants

L'allergie se manifeste généralement par des symptômes gastro-intestinaux tels que diarrhée et ballonnements, une irritation de la peau, un gonflement de la bouche et des symptômes respiratoires. Parfois, il existe également des symptômes non spécifiques tels que des maux de tête et de la fatigue.

Quels aliments éviter si vous êtes allergique au lait

?

Le lait n'est pas seulement présent dans les produits laitiers tels que le fromage, les yaourts, le fromage blanc et la crème. De nombreux produits de boulangerie et produits finis contiennent également du lait, par exemple les sauces, les sucreries et les produits carnés transformés.

À quoi faire attention en cas d’allergie aux protéines de lait de vache, chez les bébés et les enfants ?

Si les enfants, et en particulier les bébés, ne supportent pas le lait, vous devez, en tant que parent, veiller à ce qu'ils aient un apport suffisant en vitamines B et en calcium. Si l'enfant est également allergique au lait maternel, il peut être conseillé de lui donner une alimentation spéciale. Il est préférable de consulter votre pédiatre, votre allergologue ou votre nutritionniste.

Sources

[1]        H. Hochwallner, U. Schulmeister, I. Swoboda, S. Spitzauer, und R. Valenta, „Cow’s milk allergy: From allergens to new forms of diagnosis, therapy and prevention“, Methods, Bd. 66, Nr. 1, S. 22–33, März 2014, doi: 10.1016/j.ymeth.2013.08.005.

[2]        dem European Centre for Allergy Research Foundation, „Kuhmilchallergie“, ECARF. http://www.ecarf.org/info-portal/allergien/kuhmilchallergie/ (zugegriffen März 15, 2018).

[3]        „Milk allergy - Symptoms and causes“, Mayo Clinic. http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/milk-allergy/symptoms-causes/syc-20375101 (zugegriffen März 16, 2018).

[4]        A. Fiocchi u. a., „Diagnosis and Rationale for Action against Cow’s Milk Allergy (DRACMA): A summary report“, Journal of Allergy and Clinical Immunology, Bd. 126, Nr. 6, S. 1119-1128.e12, Dez. 2010, doi: 10.1016/j.jaci.2010.10.011.

[5]        D. Graham-Rowe, „Lifestyle: When allergies go west“, Nature, Bd. 479, Nr. 7374, S. S2–S4, Nov. 2011, doi: 10.1038/479S2a.

[6]        B. Björkstén, „Genetic and environmental risk factors for the development of food allergy“, Curr Opin Allergy Clin Immunol, Bd. 5, Nr. 3, S. 249–253, Juni 2005.

[7]        H. Kasper und W. Burghardt, Ernährungsmedizin und Diätetik, 12., überarb. Aufl. München: Elsevier, Urban & Fischer, 2014.

[8]        „What Is Casein? Foods With Casein, Casein Allergies, and More“, WebMD. https://www.webmd.com/allergies/casein-allergy-overview (zugegriffen März 09, 2018).

[9]        C. Schäfer, A. Constien, und I. Reese, Praxisbuch Lebensmittelallergie Der sichere Weg zur richtigen Diagnose und optimalen Therapie bei Allergien und Unverträglichkeiten. München: E-Books der Verlagsgruppe Random House GmbH, 2009.

[10]      R. A. Wood u. a., „The natural history of milk allergy in an observational cohort“, J. Allergy Clin. Immunol., Bd. 131, Nr. 3, S. 805–812, März 2013, doi: 10.1016/j.jaci.2012.10.060.

[11]      S. W. Souci, W. Fachmann, H. Kraut, G. Andersen, K. Soyka, und Deutsche Forschungsanstalt für Lebensmittelchemie, Lebensmitteltabelle für die Praxis Der kleine Souci/Fachmann/Kraut. Stuttgart: Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft Stuttgart, 2011.

[12]      R. Rizzoli, „Dairy products, yogurts, and bone health“, The American Journal of Clinical Nutrition, Bd. 99, Nr. 5, S. 1256S-1262S, Mai 2014, doi: 10.3945/ajcn.113.073056.

[13]      D. Kusche u. a., „Fatty acid profiles and antioxidants of organic and conventional milk from low- and high-input systems during outdoor period“, Journal of the Science of Food and Agriculture, Bd. 95, Nr. 3, S. 529–539, Feb. 2015, doi: 10.1002/jsfa.6768.

[14]      J. D. Kattan, R. R. Cocco, und K. M. Järvinen, „Milk and Soy Allergy“, Pediatric Clinics of North America, Bd. 58, Nr. 2, S. 407–426, Apr. 2011, doi: 10.1016/j.pcl.2011.02.005.

[15]      G. du Toit u. a., „Identifying and managing cow’s milk protein allergy“, Archives of Disease in Childhood - Education and Practice, Bd. 95, Nr. 5, S. 134–144, Sep. 2010, doi: 10.1136/adc.2007.118018.

[16]      Max Rubner-Institut. Bundesforschungsinstitut für Ernährung und Lebensmittel, „Ergebnisbericht, Teil 2 Nationale Verzehrsstudie II“, S. 307, 2008.

[17]      „DGE aktualisiert die Referenzwerte für Calcium“. https://www.dge.de/presse/pm/dge-aktualisiert-die-referenzwerte-fuer-calcium/ (zugegriffen März 21, 2018).

[18]      European Centre for Allergy Research Foundation, „Hühnereiallergie“, ECARF. http://www.ecarf.org/info-portal/allergien/huehnereiallergie/ (zugegriffen März 13, 2018).

[19]      L. Nachshon u. a., „Decreased bone mineral density in young adult IgE-mediated cow’s milk–allergic patients“, Journal of Allergy and Clinical Immunology, Bd. 134, Nr. 5, S. 1108-1113.e3, Nov. 2014, doi: 10.1016/j.jaci.2014.06.026.

[20]      T. Schäfer und et al., „S3-Leitlinie Allergieprävention“, Allergo J, Bd. 23, Nr. 6, S. 32–47, Okt. 2014, doi: 10.1007/s15007-014-0635-4.

[21]      J. S. Kim, A. Nowak-Węgrzyn, S. H. Sicherer, S. Noone, E. L. Moshier, und H. A. Sampson, „Dietary baked milk accelerates the resolution of cow’s milk allergy in children“, Journal of Allergy and Clinical Immunology, Bd. 128, Nr. 1, S. 125-131.e2, Juli 2011, doi: 10.1016/j.jaci.2011.04.036.

[22]      „Leitlinie_Management_IgE-vermittelter_Nahrungsmittelallergien-S2k-LL_Allergo-Journal_11-2015.pdf“. Zugegriffen: März 16, 2018. [Online]. Verfügbar unter: http://www.dgaki.de/wp-content/uploads/2010/05/Leitlinie_Management_IgE-vermittelter_Nahrungsmittelallergien-S2k-LL_Allergo-Journal_11-2015.pdf.

Contenu