COVID-19 : Les tests sérologiques d'anticorps sont-ils porteurs d'espoir ?


Les tests sérologiques d'anticorps permettent de déterminer si les gens ont déjà eu le coronavirus. À l'avenir, ils pourront nous dire quelles personnes sont immunisées ce qui nous aidera à retrouver une vie normale.

Les anticorps sont des protéines microscopiques qui aident l'organisme à combattre les infections dangereuses comme le COVID-19. Ils sont l'outil que le système immunitaire utilise pour identifier les agents pathogènes. Ils fixent des cellules de défense sur les agents pathogènes qui peuvent ensuite les rendre inoffensifs. La présence d'anticorps dans votre sang peut indiquer si vous avez déjà été infecté par un agent pathogène spécifique dans ce cas, le coronavirus SARS-CoV-2.

Dans cet article, nous répondons aux questions importantes concernant les tests d'anticorps. Que sont les anticorps ? Lesquels sont actifs contre le COVID-19 ? À quoi servent les tests d'anticorps et comment nous aident-ils à développer une immunité collective ?

Conseil : Les dernières informations et les recommandations officielles sont également disponibles sur le site web du gouvernement, section COVID-19. Sur notre portail de santé, nous vous avons également fourni des faits importants et des recommandations concernant le coronavirus et le COVID-19.

 

À quoi servent les tests sérologiques des anticorps ?

Pourquoi certains chercheurs fondent-ils leurs espoirs sur les tests d'anticorps ?

De nombreuses personnes ne savent pas qu'elles ont été contaminées par le virus. Il se présente généralement avec des symptômes légers, qui semblent être des symptômes de rhume. [1]

Avec le test sérologique Coronavirus cerascreen®,  vous pourrez savoir si vous avez déjà contracté le COVID-19. Le test sérologique des anticorps au COVID-19 cerascreen® est simple à réaliser soi-même: prélevez un petit échantillon de sang à la maison et envoyez-le à notre laboratoire médical spécialisé partenaire, qui analysera votre échantillon pour détecter les anticorps contre le coronavirus à l'aide de la méthode ELISA, qui a fait ses preuves.

Une fois que j'ai eu le virus, suis-je immunisé ?

Il est encore difficile de dire si les personnes qui ont des anticorps contre le virus sont réellement immunisées. Les rapports de la Chine et de la Corée du Sud semblent montrer que le virus peut être actif plus d'une fois, mais les experts attribuent cela aux incohérences des tests. [1]

Les experts pensent que ce virus se comporte comme les autres virus grippaux, ce qui signifie que l'on développerait une immunité après avoir eu le virus, qui pourrait même durer jusqu'à 2 ou 3 ans. [9]

Dès que cela aura été scientifiquement prouvé, de nouvelles possibilités pourraient s'ouvrir aux personnes immunisées. Lorsqu'une personne n'est plus malade et ne peut plus infecter d'autres personnes, elle pourrait être autorisée à socialiser à nouveau et à reprendre le travail. À l'avenir, le gouvernement pourrait, dans certains cas, lever les restrictions pour les personnes dont le test de dépistage des anticorps est positif. Une "preuve d'immunité" est en cours de discussion.

Quand dois-je utiliser un test sérologique ou un test PCR ?

Les tests sérologiques d'anticorps ne peuvent pas être utilisés pour établir de manière fiable si vous êtes actuellement infecté par le COVID-19. En effet, le système immunitaire ne produit des anticorps que dans les dernières phases d'une infection, et ce test n'est donc pas utile pour détecter une infection dans ses premières phases.

Pour diagnostiquer une infection aiguë, un test PCR est nécessaire: il peut détecter le matériel génétique du virus dans un échantillon d'ADN.

 

Qu'est-ce que l'immunité collective ?

L'immunité collective se produit lorsqu'un nombre suffisant de personnes infectées sont désormais immunisées, de sorte que le virus ne peut plus se propager de manière exponentielle. En ce qui concerne le COVID-19, on pourrait dire que c'est le moment où la pandémie ne nécessite plus de directives de sécurité et de contrôle de distance sociale. Selon les experts, pour obtenir une immunité collective, environ 60 à 70 % de la population doit être porteuse d'anticorps. Il convient de vérifier à quel point nous en sommes dans ce processus à l'aide de tests d'anticorps. . [2].

Comment allons-nous obtenir l'immunité collective ?

La question importante est de savoir à quelle vitesse nous obtiendrons l'immunité collective. Si la pandémie se propage à un rythme que notre système de santé peut gérer, il faudra peut-être des années avant qu'un nombre suffisant de personnes soient infectées. Selon les estimations actuelles de la recherche (en date du 24 avril 2020), seuls deux à trois pour cent des personnes ont développé une immunité. Il y a encore un long chemin à parcourir. [3],

Si trop de personnes sont infectées en peu de temps, le système de santé ne sera pas en mesure de fournir des soins adéquats. Il y aura une pénurie de lits d'hôpitaux, de personnel médical, de respirateurs ce qui peut entraîner un plus grand nombre de décès. Pour accélérer le processus d'immunité collective, les experts espèrent mettre au point un vaccin qui produise effectivement une immunité, mais selon les estimations, nous ne disposerons pas d'un vaccin sûr avant le début de l'année 2021 au plus tôt.

 

Que sont les anticorps ?

Les anticorps sont des protéines que le système immunitaire utilise pour défendre l'organisme contre les agents pathogènes. Dans la terminologie médicale, ils sont appelés immunoglobulines .[4]

Le saviez-vous ? Un antigène est une substance qui se trouve à la surface d'un agent pathogène. Les anticorps réagissent avec ces substances, ou plus exactement, ils "se lient" à elles. Lorsqu'un anticorps est lié à un agent pathogène, les cellules de défense peuvent alors le reconnaître comme un envahisseur et essayer de l'éradiquer.

Quels sont les différents types d'anticorps ?

Il existe plusieurs classes d'anticorps qui sont responsables de la lutte contre différents types d'agents pathogènes. Les classes les plus importantes sont les suivantes : [5]

  • Les anticorps IgA protègent contre différents types de pathogènes. Ils sont présents dans différentes muqueuses, telles que l'intestin, les voies respiratoires et les yeux.
  • Les anticorps IgE combattent les vers parasites. Ils sont également responsables des allergies.
  • Les anticorps IgM constituent la première ligne de défense du système immunitaire. Ils sont actifs dans la phase aiguë précoce d'une infection. .
  • Les anticorps IgG sont l'arrière-garde des défenses de l'organisme. Ils sont produits deux à trois semaines après le passage d'une infection. Ils restent longtemps dans l'organisme et établissent l'immunité.

Quels sont les anticorps actifs contre le COVID-19 ?

Les classes d'anticorps IgA, IgM et IgG sont généralement actives contre les virus. Des études montrent que cela est également vrai pour le nouveau coronavirus SARS-CoV-2.

Au cours d'une infection par un coronavirus, l'organisme commence peu à peu à produire des anticorps. Dans les premiers stades, il n'y en a pas ou peu. Ensuite, les anticorps IgA et IgM arrivent. Aux stades ultérieurs parfois même au cours de la maladie les anticorps IgG apparaissent. Les anticorps IgG sont plus spécifiques, ils ciblent le virus en question. Ils restent également dans le sang beaucoup plus longtemps, c'est pourquoi il est préférable de les détecter par un test de dépistage des anticorps COVID-19. [5]

Courbe des anticorps coronavirus

Combien de temps les anticorps restent-ils dans le sang et avec quelle précision peuvent-ils être détectés ?

Chez d'autres membres de la famille des coronavirus, les anticorps IgG peuvent parfois être détectés jusqu'à trois ans plus tard. Les anticorps IgG des autres familles de virus, comme la rougeole, restent dans le sang pour le reste de la vie. À ce stade, il est impossible de dire exactement combien de temps ils restent pour le SARS-CoV-2, car les études à long terme n'existent pas encore.

Comme ils s'adaptent parfaitement et restent longtemps, les anticorps IgG sont une mesure fiable pour indiquer si vous avez eu une certaine maladie ou si vous avez développé une immunité à un agent pathogène. . [5]

Bon à savoir : vous avez certainement souvent lu le terme "nouveau coronavirus". Le virus SARS-CoV-2 est en effet le premier de son genre. Il existe plusieurs membres de la famille des coronavirus, comme le SARS-CoV-1, qui provoque la maladie du SARS, le MERS et le rhume. Le SRAS-CoV-2 est très différent des autres membres du groupe, c'est pourquoi notre système immunitaire n'y est pas préparé. [6]

Quels sont les anticorps que nous devons tester ?

Les anticorps IgM et IgA restent dans le sang pendant quelques semaines après une maladie. Si l'infection remonte à un certain temps, il se peut qu'ils aient déjà disparu. En outre, ces anticorps ne sont pas conçus spécifiquement pour le virus. La probabilité qu'un test les confonde avec les anticorps d'un autre virus grippal est assez élevée. En revanche, les anticorps IgG restent dans le sang beaucoup plus longtemps, peut-être même pendant des années. Les tests IgG donnent donc un résultat plus précis, car ils permettent de mieux distinguer les différents coronavirus. Les experts considèrent donc que les mesures des IgG sont les plus pertinentes du point de vue diagnostique lorsqu'elles sont prises au plus tôt deux semaines après le début de la maladie. Dans une étude chinoise, les tests IgG et IgM n'ont pu donner un résultat positif plus de dix jours après le début de la maladie, car avant, les anticorps ne pouvaient pas être détectés avec précision. Après 35 jours, les anticorps IgM ne peuvent souvent plus être détectés. [7]

 

Quelle est la précision des tests d'anticorps ?

Les tests d'IgG peuvent fournir des résultats très précis. Toutefois, cela n'est le cas que lorsqu'ils sont effectués suffisamment longtemps après le début de l'infection. Normalement, les anticorps peuvent être détectés environ deux semaines après l'infection. Deux facteurs décrivent la précision de ces tests : la spécificité et la sensibilité. Ces deux facteurs sont mesurés en pourcentage et indiquent la probabilité qu'un résultat soit correct. La spécificité nous indique la précision d'un résultat négatif, donc si une personne était en bonne santé. Une spécificité élevée signifie qu'il y a un faible risque de faux positif. La sensibilité indique la précision du test si une personne est malade, donc la fiabilité d'un résultat positif. Une sensibilité élevée signifie qu'il y a un faible risque de faux négatif. . [8]

Spécificité des tests d'anticorps pour le COVID-19

La norme pour les tests de détection des anticorps IgG contre le coronavirus est l'analyse ELISA, qui est bien établie. De nombreux laboratoires font état d'une spécificité de 98 à 99 % pour leurs tests ELISA COVID-19. Autrement dit, le risque d'obtenir un résultat positif alors que vous n'avez pas d'anticorps n'est que de 1 à 2 %. L'exactitude du résultat dépend du moment où l'échantillon a été prélevé. Certains laboratoires font même état d'une spécificité de 100 % si l'échantillon a été prélevé au moins 20 jours après l'infection. [10]

Comment fonctionne la méthode ELISA ? L'échantillon de sang est combiné avec le virus sur une plaque de laboratoire spéciale. Ensuite, une enzyme de liaison aux anticorps est ajoutée. Si les bons anticorps sont présents dans l'échantillon de sang, une entité composée du virus, de l'anticorps et de l'enzyme est alors créée. Ensuite, on mélange une substance à laquelle l'enzyme réagit, créant ainsi un changement de couleur. Le degré de changement de couleur indique la concentration d'anticorps.

Test de neutralisation

Les scientifiques disposent d'un autre outil pour analyser les anticorps afin de contrôler les erreurs. Si un échantillon de sang est positif pour les anticorps, l'échantillon peut être testé à nouveau dans un autre laboratoire. C'est ce qu'on appelle un test de neutralisation, qui vise à garantir qu'aucune erreur n'a été commise lors de l'analyse et que le résultat est exact.

 

Sources

[1] Institut Pasteur, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/maladie-covid-19-nouveau-coronavirus#symptmes

[2] Institut Pasteur, „Qu’est-ce que l'immunité collective ?", https://www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/qu-est-ce-que-immunite-collective?emkfid=EMF-22701181460-k--77618669180-b-s&gclid=EAIaIQobChMIoZGDnIG26QIVSJnVCh3xsQMzEAAYASAAEgIfMfD_BwE

[3] Courrier international, „Coronavirus: l’immunité collective n’est pas pour tout de suite", https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/sciences-coronavirus-limmunite-collective-nest-pas-pour-tout-de-suite

[4] G. Mayer et al., „Immunoglobulines, structure et fonction“, oct. 2012, https://www.microbiologybook.org/French-immuno/immchapter4.htm

[5] Vidal, „Persistance et efficacité des anticorps neutralisants contre le sars-cov-2“, https://www.vidal.fr/actualites/24770/persistance_et_efficacite_des_anticorps_neutralisants_contre_le_sars_cov_2_etat_des_connaissances_et_lecons_des_autres_coronavirus_humains/

[6] X. Li u. a., „Evolutionary history, potential intermediate animal host, and cross-species analyses of SARS-CoV-2“, Journal of Medical Virology, Bd. 92, Nr. 6, S. 602–611, 2020, doi: 10.1002/jmv.25731.

[7] W. Liu u. a., „Evaluation of Nucleocapsid and Spike Protein-based ELISAs for detecting antibodies against SARS-CoV-2“, medRxiv, S. 2020.03.16.20035014, März 2020, doi: 10.1101/2020.03.16.20035014.

[8] W. Bautsch, „Requirements and Assessment of Laboratory Tests“, Europe Pubmed Central, Juin 2009, doi: 10.3238/arztebl.2009.0403.

[9] Le Monde, „Coronavirus: quelle est la durée de l'immunité ?“, Mise à jour 24 avr. 2020, https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/23/immunite-depistage-vaccin-les-premieres-reponses-des-scientifiques-face-aux-mysteres-du-coronavirus_6037484_3244.html

[10] C. Guignot, „COVID-19: Quelle est la valeur diagnostique des anticorps ?“, Univadis 24 avr. 2020, https://www.univadis.fr/viewarticle/covid-19-quelle-est-la-valeur-diagnostique-des-anticorps-718865