COVID-19 et les groupes à risques : âge, genre… et poids ?


Dans notre blog cerascreen®, nous vous expliquons régulièrement un terme ou une question importante sur le virus corona et la pandémie du COVID 19. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur les groupes à risque et sur le rôle possible du surpoids et du genre homme / femme.

Le coronavirus est connu pour déclencher une évolution incroyablement variée de la maladie : d'une progression totalement indolore à un sens de l'odorat et du goût perturbé, de légers symptômes grippaux à une pneumonie grave. Les scientifiques s'intéressent donc particulièrement à savoir pour quelles personnes et dans quelles conditions se manifestent les symptômes graves.

Qui risque donc de se retrouver dans une situation difficile ? Nous vous donnerons un aperçu, nous vous éclairerons sur les liens entre COVID-19 et le surpoids et nous examinerons également les raisons pour lesquelles les hommes sont plus susceptibles de développer des symptômes graves que les femmes.

Conseil : sur notre portail santé, vous trouverez un article contenant plus d’ informations compréhensibles sur le coronavirus, ou COVID-19.

Groupes à risque face à la pandémie COVID-19

Tout d'abord, il est important de clarifier ce que signifie réellement le terme groupe à risque en ce qui concerne le virus SARS-CoV-2. Il ne s'agit pas de certains groupes présentant un risque plus élevé d'être infectés. Le virus est nouveau, notre système immunitaire n'y est pas adapté - donc n'importe qui peut être infecté.

Lorsque les experts parlent de groupes à risque au virus SARS-CoV-2, ils désignent plutôt les personnes qui ont un risque plus élevé de développer une maladie grave.

Quels sont les groupes à risque dans la crise COVID-19 ?

Le Ministère des Solidarité et de la Santé désigne les groupes à risque suivants face à une évolution grave possible du virus SARS-CoV-2 [1] :

  • Personnes âgées de plus de 60 ans environ

  • Personnes en surpoids (obèses)
  • Les personnes souffrant de maladies préexistantes telles que les maladies pulmonaires chroniques, les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète et l'immunodéficience
  • Les femmes enceintes au 3eme trimestre de leur grossesse

 


    Test sérologique anticorps CoronavirusAvez-vous été malade ? Le coronavirus ne produit pas toujours des symptômes clairs. Et il est souvent difficile de dire si vous avez eu le COVID-19 ou simplement la grippe. Vous pouvez utiliser le test sérologique COVID-19 cerascreen® pour le savoir. À la maison, vous prélevez un petit échantillon de sang sur le bout de votre doigt, qui est ensuite analysé dans le laboratoire de diagnostic spécialisé pour détecter des anticorps spécifiques contre le SARS-CoV-2.

     


     

    Quel est le rôle du surpoids face au COVID-19 ?

    Le surpoids sévère est l'un des facteurs de risque qui n'est apparu que récemment sur les listes des autorités sanitaires. Au début du mois de mai, une étude britannique a attiré l'attention du public sur le sujet. Les chercheurs ont comparé les données de près de 17 000 personnes qui avaient contracté COVID-19. Ils ont remarqué que les personnes en surpoids, c'est-à-dire ayant un IMC supérieur à 30, étaient plus susceptibles d'avoir une évolution grave de la maladie et d'en mourir [2].

    D'autres études semblent le confirmer : Des chercheurs français ont découvert que les personnes qui avaient besoin d'un ventilateur en raison d'une grave maladie COVID-19 étaient souvent en surpoids [3]. Et dans une étude américaine portant sur environ 4100 patients* atteints du coronavirus, l'obésité était le facteur le plus important influençant les évolutions sévères de la maladie après l'âge [4].

    Que signifie "surcharge pondérale sévère" ?

    Toutes ces études ne portent pas sur des personnes qui ont quelques kilos de trop sur les hanches, mais sur un surpoids important. Les médecins* utilisent généralement l'indice de masse corporelle, l'IMC, pour déterminer si vous êtes en surpoids. L'IMC est calculé à partir de la taille et du poids. Il existe de nombreux outils disponibles sur Internet que vous pouvez utiliser pour le calculer.

    Les gradations suivantes sont définies pour l'IMC :

    • IMC 18,5 à 25 : poids normal
    • IMC de plus de 25 : Surcharge pondérale
    • IMC de plus de 30 : Obésité
    • IMC de plus de 35 : obésité sévère

    L'IMC n'est qu'une estimation approximative et ne comprend pas le rapport entre la masse musculaire et la masse graisseuse. Cependant, un IMC de 30 ou plus est une forte probabilité d'être en surpoids sévère.

    Pourquoi la surcharge pondérale a-t-elle des conséquences sur le virus COVID-19 ?

    Pourquoi une surcharge pondérale sévère affecte-t-elle l'évolution de la maladie COVID-19 ? Il y a plusieurs explications.

    D'une part, l'obésité peut affecter les poumons. Les voies respiratoires ont moins d'espace et sont moins bien ventilées en raison de la graisse corporelle, ce qui facilite la propagation du virus. Si le COVID-19 provoque une pneumonie, il est particulièrement dangereux pour les personnes obèses car elles ont souvent déjà une fonction pulmonaire réduite [5].

    Une autre théorie est celle de l'inflammation persistante, qui est fréquente chez les personnes obèses. Cette inflammation pourrait rendre plus probable une dangereuse réaction excessive du système immunitaire, qui conduit souvent à des problèmes de COVID-19 [6].

    Comment puis-je réduire le risque d'infection au COVID-19 ?

    Afin de réduire le risque d’une évolution grave du virus SARS-CoV-2, il vaut la peine de faire de l'exercice pour les poumons, surtout si vous êtes en surpoids. L'exercice quotidien, comme la marche rapide ou le vélo, peut déjà aider. L'essentiel est que vous vous exerciez, que votre pouls augmente et que vos poumons fonctionnent. Ainsi, ils sont mieux ventilés.

    Quel rôle joue le genre homme - femme ?

    Le genre semble également influer sur le déroulement de la maladie COVID-19. Les analyses de données montrent qu'en moyenne, les hommes sont plus susceptibles d'être infectés et de tomber gravement malades que les femmes.

    L'étude britannique portant sur 17 000 patients atteints du coronavirus* a montré que les hommes présentaient en moyenne une évolution plus sévère de la maladie dans toutes les tranches d'âge [2]. Dans une étude portant sur 5 700 cas à New York, 60 % des personnes hospitalisées pour le COVID-19 étaient des hommes. Parmi les patients en soins intensifs, la proportion d'hommes est même passée à près de 67 % [7]. Une vaste étude chinoise portant sur plus de 44 000 personnes atteintes du coronavirus a montré un tableau similaire. Parmi les personnes touchées, 2,8 % des hommes sont morts, contre 1,7 % des femmes [8].

    En Inde, une étude a montré que les hommes avaient besoin de six jours en moyenne pour se débarrasser du virus corona, alors que les femmes n'avaient besoin que de quatre jours en moyenne. Apparemment, le système immunitaire des hommes prend plus de temps à combattre le virus SARS-CoV-2 [9].

    Le risque est-il plus élevé pour les hommes ?

    Actuellement, les scientifiques ne peuvent que spéculer sur les raisons, bien qu'il existe certaines théories et données. En effet, des différences similaires entre les sexes existent également dans d'autres maladies virales, comme la grippe ou le rhume. Certains chercheurs supposent même aujourd'hui que les hommes ont généralement des défenses immunitaires plus faibles.

    C'est bon à savoir : La "grippe masculine" est-elle un mythe ou une réalité ? En fait, des études scientifiques montrent que les défenses immunitaires des hommes peuvent avoir plus de mal à faire face aux virus du rhume et de la grippe que celles des femmes. Cela signifie que les hommes peuvent présenter des symptômes plus graves s'ils contractent une infection [10]. 

    Les femmes ont-elles un système immunitaire plus fort ?

    Une théorie courante est que les hormones sexuelles féminines comme l'œstrogène et la progestérone soutiennent le système immunitaire. Les femmes ont beaucoup plus de ces hormones dans leur corps que les hommes. Dans les expériences sur les souris, par exemple, l'œstrogène pourrait aider à combattre les virus du rhume [11]. Les scientifiques américains prévoient même de tester si les timbres d'œstrogènes peuvent réduire l'effet du COVID-19 chez les hommes et les femmes après la ménopause [12].

    D'autres explications sont liées au second chromosome X chez les femmes, qui pourrait aider à renforcer leur système immunitaire en général. Une autre théorie, encore plus simple, est que les femmes sont plus susceptibles de respecter les consignes d'hygiène, comme se laver correctement les mains. C'est donc peut-être un comportement plus soucieux de la santé qui protège de nombreuses femmes contre les infections graves [13].


    Sources

    [1]     Ministère des Solidarité et de la Santé , „Personnes à risques : Réponses à vos questions“,https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/tout-savoir-sur-le-covid-19/article/personnes-a-risques-reponses-a-vos-questions.

    [2]    A. B. Docherty u. a., „Features of 16,749 hospitalised UK patients with COVID-19 using the ISARIC WHO Clinical Characterisation Protocol“, medRxiv, S. 2020.04.23.20076042, Avr. 2020, doi: 10.1101/2020.04.23.20076042.

    [3]    A. Simonnet u. a., „High prevalence of obesity in severe acute respiratory syndrome coronavirus-2 (SARS-CoV-2) requiring invasive mechanical ventilation“, Obesity (Silver Spring), Avr. 2020, doi: 10.1002/oby.22831.

    [4]    C. M. Petrilli u. a., „Factors associated with hospitalization and critical illness among 4,103 patients with COVID-19 disease in New York City“, medRxiv, S. 2020.04.08.20057794, Avr. 2020, doi: 10.1101/2020.04.08.20057794.

    [5]    S. Scott, J. Currie, P. Albert, P. Calverley, und J. P. H. Wilding, „Risk of Misdiagnosis, Health-Related Quality of Life, and BMI in Patients Who Are Overweight With Doctor-Diagnosed Asthma“, Chest, Bd. 141, Nr. 3, S. 616–624, Mars 2012, doi: 10.1378/chest.11-0948.

    [6]    „Being male or overweight can lead to more serious COVID-19 hospital admissions | Imperial News | Imperial College London“, Imperial News. https://www.imperial.ac.uk/news/197216/being-male-overweight-lead-more-serious/

    [7]    S. Richardson u. a., „Presenting Characteristics, Comorbidities, and Outcomes Among 5700 Patients Hospitalized With COVID-19 in the New York City Area“, JAMA, Avr. 2020, doi: 10.1001/jama.2020.6775.

    [8]    T. N. C. P. E. R. E. Team, „The Epidemiological Characteristics of an Outbreak of 2019 Novel Coronavirus Diseases (COVID-19) — China, 2020“, CCDCW, Bd. 2, Nr. 8, S. 113–122, Fev. 2020, doi: 10.46234/ccdcw2020.032.

    [9]    A. Shastri u. a., „Delayed clearance of SARS-CoV2 in male compared to female patients: High ACE2 expression in testes suggests possible existence of gender-specific viral reservoirs“, medRxiv, S. 2020.04.16.20060566, Avr. 2020, doi: 10.1101/2020.04.16.20060566.

    [10]  K. Sue, „The science behind “man flu”“, BMJ, Bd. 359, Dec. 2017, doi: 10.1136/bmj.j5560.

    [11]  R. Channappanavar, C. Fett, M. Mack, P. P. T. Eyck, D. K. Meyerholz, und S. Perlman, „Sex-Based Differences in Susceptibility to Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus Infection“, The Journal of Immunology, Bd. 198, Nr. 10, S. 4046–4053, Mai 2017, doi: 10.4049/jimmunol.1601896.

    [12]  Nachman, S., „Estrogen Patch for COVID-19 Symptoms“, 2020, [Online]. 

    [13]  L. K. P. Suen, Z. Y. Y. So, S. K. W. Yeung, K. Y. K. Lo, und S. C. Lam, „Epidemiological investigation on hand hygiene knowledge and behaviour: a cross-sectional study on gender disparity“, BMC Public Health, Bd. 19, Nr. 1, S. 401, Avr. 2019, doi: 10.1186/s12889-019-6705-5.